Paris des Orgues

contact@leparisdesorgues.fr

01 77 11 01 48

06 75 79 54 58

 

Activités 2018

- du 10 au 13 mai 2018

La Route des Orgues d'Alsace, un circuit organisé par le Festival de Masevaux (Haut-Rhin) (nouvelle proposition)

 

Activités 2017

Marathon des orgues du samedi 13 mai (Jour de l'Orgue)

- église St-André de l'Europe

- église Ste-Marie des Batignolles

-Conservatoire à Rayonnement Régional

 

Marathon des orgues du samedi 16 septembre (Journés Européennes du Patrimoine)

- église St-Médard

- église St-Dominique

- église St-Jacques du Haut-Pas

 

Une journée de découverte des orgues de Reims le samedi 14 octobre

 

La 3ème masterclasse du Paris des Orgues aura lieu du 23 au 27 octobre à St-Etienne-du-Mont et St-Germain l'Auxerrois

 

Activités 2016

- samedi 7 mai (jour de l'orgue)  marathon des orgues (20ème et 11ème arrondissements)

- samedi 11 juin : sortie de découverte de trois instruments en Ile-de-France

- du 4 au 8 juillet classe d'orgue de Vincent Warnier à St-Etienne-du-Mont

- 17 et 18 septembre (Journées du Patrimoine) : deux marathons des orgues

17 septembre : "les orgues de la Montagne Sainte-Geneviève"

18 septembre : "trois églises Notre-Dame" N-D des Champs, N-D du Travail, N-D du Rosaire

- 24 et 25 septembre : week-end de découverte des orgues de Dijon

----------------------
Actualité

Très signalé

- Toutes les masterclasses de l'été

- Deux événements discographiques  en octobre 2015

*Les 10 CD d'Olivier Vernet sous le label Ligia : l'orgue classique français 1650-1800

* Les 10 CD de Marcel Dupré, créés par la marque Mercury records  d'après des bandes d'enregistrements nettoyées et restaurées des années 1957 à 1964. Lien : la rubrique Enregistrements de ce site internet

 

Actualité du dimanche matin

- Sacrées Musiques sur France Musique produite par  Benjamin François, tous les dimanches de 7h à 9h (nouvel horaire)

Et bien sûr l'orgue occupe une place de choix dans cette émission...


Adhésion à l'association le Paris des Orgues
Dès maintenant renouvelez votre adhésion à l'association pour 2015-2016

(30€, couple : 50€)

Nous avons besoin de vous !

 

Association

Nous contacter

Le Paris des Orgues

4 rue de la Plaine

75020 Paris

 

Tél. 01 77 11 01 48

ou 06 75 79 54 58
contact@leparisdesorgues.fr

Nous soutenir

A.Cavaillé-Coll à 25 ans

Extrait de la biographie écrite par Loïc Métrope, chargé des orgues historiques, bureau du patrimoine Mobilier et Instrumental de la Direction du Patrimoine.
Aristide Cavaillé - Coll naît à Montpellier 3 février 1811 de Dominique Cavaillé-Coll et de Jeanne Autard et appartient à une dynastie d'artistes, gaillacois d'origine, en la personne de Jean-Pierre Cavaillé-Coll, modeste tisserand, fabricant de serge, étoffe en usage dans la région de Gaillac.
En 1827, la famille s'installe à Toulouse où Dominique et ses deux fils, Vincent et Aristide, travaillent à la construction des orgues. En 1830, Aristide, qui effectue alors ses études de mathématiques, invente en collaboration avec son frère et son père, un instrument à clavier et à anches libres baptisé " poïkilorgue " ou orgue varié expressif, qui ne manque pas d'étonner le célèbre Rossini de passage à Toulouse, à la représentation de l'opéra Robert le Diable. Celui-ci les engage à venir à Paris où il se propose de leur être utile. L'aventure commence aux vacances de 1833. Le voyage s'organise et les trois Cavaillé munis de lettres d'introduction auprès de personnes éminentes découvrent la capitale et logent quelque temps 11, quai Voltaire. Dans la capitale, la tribu Cavaillé rencontre des membres de l'Ecole Polytechnique et de nombreux savants: le baron de Prony, Lacroix, Cagnard de Latour, Cherubini, Berton, etc...
Très vite le jeune Aristide se distingue de ses confrères par son ingéniosité et affirme ses dons pour la construction d'un instrument de grandes dimensions à la basilique de Saint-Denis, qu'il obtient sur concours en 1841. Dès lors des voies s'ouvrent à lui, il rencontre les savants de toutes les disciplines, les musiciens de premier plan, les personnalités  de la haute société et s'affirme, jour après jour, comme un novateur qui appuie sa connaissance sur les enrichissements du passé, sur la longue tradition de la facture d'orgues. A l'Académie Royale des Beaux-Arts, à la Société d'Encouragement pour l’Industrie Nationale, à l'Académie des Sciences, il confirme sa compétence.
Les Cavaillé sont à la recherche d'un premier atelier qu'ils trouvent au 14 rue Neuve-Saint-Georges. Cependant, une décision ministérielle du 10 avril 1835, signée Thiers, assigne à cette voie publique la dénomination de Notre-Dame-de-Lorette.  Cette voie  débouche près du chevet de l'église du même nom, où Cavaillé construit un orgue neuf.
Le 12 août 1842, Hippolyte Blanc, beau-frère d’Aristide, qui fit une brillante carrière à l’Administration des Cultes, missionne Charles Simon (organiste du Cavaillé-Coll de Saint-Denis) pour " examiner l'état dans lequel se trouvent les orgues des cathédrales d'Aix, Angoulême, Digne, Montpellier, Nîmes, Poitiers, Tarbes, afin d'en assurer la restauration ". Tout au long de sa vie, celui qui est volontiers surnommé par les siens "Tonton Poli" veille en sage sur la manufacture Cavaillé-Coll. Il participe à une réputation déjà bien assise et on peut l'observer, contribue à faire de son beau-frère le prestataire privilégié du gouvernement. "Tonton Poli" assoit sa propre réputation sur sa production littéraire, connaît Courteline, approche Merimée et Viollet-le-Duc.
Le nouveau ménage Cavaillé-Blanc et l'entreprise se fixent au 96 rue de Vaugirard, dans deux corps de bâtiments séparés par une cour ou Ancienne Salle de Concerts Spirituels. Cécile Cavaillé-Coll y est née et témoigne pour nous :
" Mon père travaillait dans une grande pièce mansardée au dernier étage. Ma mère y tenait son chevalet, car elle reprenait à l’occasion ses fusains pour esquisser la tête de ses marmots. C’est ainsi que j’ai assisté, témoin inconscient, hélas, à des entretiens dont la portée dépassait les étoiles : Léon Foucault et mon père interrogeaient la sirène qui devait livrer à l’astronome le secret de la vitesse de la lumière ; venait travailler le savant physicien Lissajous. Je revois César Franck, les favoris au vent, les traits contractés, l’oreille attentive à l’accord qu’il tient de ses doigts nerveux sur le clavier ; Lefébure-Wély, svelte, élégant, charmeur... un peu gavroche ; Lemmens, majestueux, imposant, dominateur... ".
Trop peu d'années s'écoulent dans cette maison. Il faut à nouveau déménager. Le prolongement de la rue de Rennes et la formation de ses abords conduisent la fabrique d'orgues à s'implanter près de la barrière du Maine, sur un terrain de près de 2800 m2 , « clos de murs de tous côtés et précédemment à usage de Bal Public et de limonadier, comprenant un grand jardin, une grande salle de bal et diverses constructions ».
L'indemnité pour expropriation est vite employée pour l'acquisition de ce terrain où Cavaillé élève ses bâtiments industriels. La réussite aidant - malgré une gestion rendue difficile par l'insouciance de payeurs retardataires - Aristide Cavaillé-Coll y fait construire son hôtel particulier. En cette année 1868, le grand orgue de Notre-Dame est inauguré; il a coûté 155.000 francs. Mais le malheur brise l'artiste; il perd sa femme qui succombe à une septième grossesse le 30 octobre 1868.
Une nouvelle épreuve attend Cavaillé-Coll, jetant l'inquiétude dans ses travaux. En août 1870, la guerre éclate; mécaniciens, harmonistes et ouvriers sont mobilisés. Il reste seul avec ses fils encore enfants. Le travail chôme, la vie est dure, le froid est rigoureux.
La Manufacture d'orgues avenue du Maine est hypothéquée en garantie. Les difficultés n'apparaissent pas au jour mais les écritures notariées sont là pour affirmer que sept emprunts pour 700.000 francs sont nécessaires à Cavaillé-Coll pour stabiliser son entreprise entre 1869 et 1887. Il sollicite à tout moment des participations ou des secours.  N’est-il pas nécessaire d'approvisionner les stocks, de livrer souvent au plus juste prix les orgues somptueuses qui font la distinction de la maison et valent à son gérant de très nombreuses récompenses, environ une vingtaine, consistant en médailles ou décorations officielles pour son labeur, ses luttes, son intelligence et ses créations?
Ainsi plus de 600 orgues sorties de ses établissements se trouvent répandues à travers le monde : 55 à Paris, 300 dans diverses cathédrales ou églises de France. Quant aux autres, elles sont dispersées dans les pays suivants : Angleterre, Belgique, Danemark, Espagne, Hollande, Italie, Portugal, Roumanie, Suisse, Amérique du Nord, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa-Rica, Cuba, Haïti, Mexique, Pérou, Chine, Indochine, Inde. Mais le mal est profond. Les emprunts sont devenus trop lourds à rembourser, l’adjudication au tribunal des criées est inévitable. Nous sommes en 1892...La liquidation judiciaire suit mais tous les fidèles compagnons groupés autour du " Patron " obtiennent un concordat.
II faut songer à la succession. Charles Mutin, un ancien de la maison entré comme apprenti en 1875 sous la férule de Joseph Koenig, harmoniste, est installé à Caen depuis dix ans. Quelques ouvriers de la manufacture parisienne l'ont rejoint en raison de l'incertitude des lendemains. Le moment est venu pour lui de réunir les fonds nécessaires à la fondation de sa société en commandite destinée au rachat de la maison Cavaillé-Coll. A ceux-ci, il ajoute le fonds acquis par le rachat de la société Stoltz et convoque les parties à Caen le 18 juin 1898 pour signer un acte de cession de commerce. Le vieux Cavaillé-Coll se fait représenter et s'offre aux conditions les plus favorables proposées par son acheteur.
Charles Mutin couvre les loyers en retard, rachète l'outillage acquis par Emile Chollet, assure les salaires des ouvriers, reprend les contrats d'entretien des orgues, honore les commandes instruites et développe un nouveau carnet de commandes, notamment vers les orgues de salon. Charles Mutin affirme les lettres de noblesse de la maison parisienne en présentant à l'Exposition Universelle de 1900 un grand orgue destiné à la salle du conservatoire Tchaïkovsky à Moscou. La confiance jamais déçue, mais ébranlée, renaît à la face du monde musical.
Le vieux Cavaillé souhaite qu'une pension lui soit versée, puis aussi à sa fille Cécile, "envers laquelle il veut se montrer reconnaissant de tous les soins dévoués et assidus dont elle n'a pas cessé de l'entourer ". Aristide Cavaillé-Coll se retire avec elle au 4ème étage du 21 rue du Vieux-Colombier où elle tient un atelier de dessin dans la cour. Ils ont trouvé refuge chez une parente, elle-même locataire. Il attend en toute sérénité une fin qu'il sent prochaine.
Cavaillé-Coll meurt le 13 octobre 1899. Mais l'élan qu'il avait su donner à sa maison était tel que, soutenue par des replâtrages financiers, des fidélités obstinées, elle résista près d'un demi-siècle encore. Pour succomber finalement aux maladresses des épigones, aux épreuves des deux guerres mondiales et de la crise de 1929.

 A signaler, un excellent article de Henri de Rohan-Csermak (titulaire des orgues de Saint-Germain l'Auxerrois à Paris) sur Cavaillé Coll, publié dans la revue Diapason d'octobre 2011.

A.Cavaillé Coll (Montpellier,1811-Paris,1899)

Quelques grands instruments Cavaillé Coll en France, hors Paris:

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Paris des Orgues